Sciences humaines & sociales

  • En moins de quarante ans, le capitalisme anglo-saxon s'est engouffré dans nos communautés européennes.
    Chaque jour, la mondialisation et la révolution de la d igitalisation amplifient la prédominance de cette sphère marchande.
    Aujourd'hui, les États européens sont écartelés entre des engagements sociaux impayables et des marchés qui leur échappent. Certains États-providence européens ont été financés par l'endettement public alors qu'ils ont désormais perdu leur souveraineté budgétaire et monétaire dans la zone euro.
    Des courants populistes rejettent les dirigeants qui n'ont pas protégé leur population vieillissante contre ces forces de marché. Ces populismes, relayés par les réseaux sociaux et radicalisés par des embrasements politiques, pourraient fissurer le modèle social-­démocrate européen et conduire à des chocs sociaux et politiques d'une envergure désespérante.
    /> Cet essai replace ces évolutions dans la longue histoire du capitalisme et, plus spécifiquement, dans le sillage de la révolution néolibérale des années 1980 dont nous ressentons désormais le ressac social. Il constitue un avertissement avec un message clair : le sauvetage de la tempérance politique européenne doit impérativement passer par la réhabilitation d'États stratèges et par un projet européen stabilisé par de nouveaux équilibres sociaux et fiscaux. Il s'impose désormais de subordonner toute décision politique à l'intérêt général et au bien-être des futures générations dans un esprit de solidarité et dans le respect d'une concertation sociale et écologique.

  • Et si la crise de 2008 n'avait été que l'annonce de chocs sociétaux titanesques ? Le capitalisme anglo-saxon contribue-t-il à créer une société illibérale dans un monde désordonné ? Comment rendre à l'État son autorité sans qu'il devienne autoritaire ou liberticide ? Quel monde nous prépare la numérisation ? Dans nos sociétés de consommation, reste-t-il une place pour l'idéal et le sens du bien commun ?
    Voici quelques-unes des questions abordées dans ce livre.
    Bruno Colmant est docteur en économie et interpellé par les questions socio-économiques et religieuses.
    Éric de Beukelaer est prêtre catholique, passionné par les enjeux socio-politiques de l'économie. Il y a dix ans, en pleine crise de 2008, leurs chemins se sont croisés. De cette rencontre est né un premier ouvrage, La bourse et la vie.
    Dix ans plus tard, ils nous reviennent avec un livre d'échanges sans concession recueillis par Henri Deleersnijder, auteur et enseignant de la pratique démocratique.

  • "Ça fait bizarre de revoir ses anciens collègues, lorsque l´entreprise, dix fois fusionnée depuis qu´on l´a quittée, convoque ses alumni. Il y a ceux qui sont partis et qui reviennent. Et ceux qui sont restés et qui restent. L´alumni rigole de quelques époques que les jeunes situent dans un autre siècle. Mais l´alumni repart souvent du cocktail amer et méprisant, se disant que ceux qui sont restés dans l´entreprise ne doivent leur carrière qu´au départ des alumni et que, finalement, ils ont usurpé leur avenir sans rien oser. Il se dit que dans les entreprises, il y a les alumni et... les éteints." Une vie qui est balayée comme les économies après une crise financière, c'est l'épouvante. 50 nuances crise, ce sont cinquante scènes d'entreprises croquées au vol depuis le krach de 2008. Des textes incisifs rédigés par Bruno Colmant et illustrés en noir et blanc par Pierre Kroll.

  • La transition vers un futur souhaitable Nouv.

    Riche de la multidisciplinarité de ses membres, l'Académie royale de Belgique a organisé en 2020 une séance commune de ses Classes autour de « La transition vers un futur souhaitable ». Face à la multitude des défis majeurs auxquels nos sociétés humaines sont confrontées, un membre de chaque Classe a apporté une contribution sur ce sujet complexe dont les composantes touchent des domaines très divers. En effet cette « Grande Transition » sera environnementale, sociale, culturelle, technologique, économique, financière, éthique, politique...
    Avec les contributions de :
    Luc Chefneux, Bruno Colmant, Tom Dedeurwaerdere, Olivier De Schutter, Daniel Dethier, Éric Lambin

empty