Xavier Hanotte

  • Derrière la colline

    Xavier Hanotte

    Une réflexion poignante sur la destinée, l'identité, l'amour déçu et cette Grande Guerre qui n'en finit pas de jeter sur les siècles les lueurs et les ombres d'une folie toujours prête à ressurgir. Une redécouverte. Avec une préface de Philippe Claudel, juré du prix Goncourt.

    Récit à la première personne d'un soldat britannique, engagé volontaire dans la sanglante guerre de 14-18, ce roman n'est pas seulement une formidable évocation du quotidien des tranchées ou de l'horreur de la bataille de la Somme. Dans une écriture mêlant harmonieusement souci du détail, échappées poétiques, réalisme impitoyable et vertige onirique, Xavier Hanotte nous livre une réflexion poignante sur la destinée, l'identité, l'amour déçu et cette Grande Guerre, à la fois proche et lointaine, qui n'en finit pas de jeter sur les siècles les lueurs et les ombres d'une folie toujours imminente.

  • Dans ce recueil de nouvelles et de romans brefs, Xavier Hanotte nous propose une sorte de « synthèse » de dix années d'écriture en reprenant ses thèmes de prédilection, en confrontant ses différents styles pour nous offrir un livre cohérent dans sa diversité.0500 0300L´Architecte du désastre(roman bref).Belgique, 1940.L´administration militaire allemande s´oppose à la kommandantur locale de la région d´Ypres. Le bureau de la Culture veut épargner un mémorial qui, s´il n´est pas conforme à la vision allemande de l´histoire, n´en a pas moins le mérite d´être l´oeuvre du sculpteur Maxime Réal del Sarte, franc collaborateur à Vichy.Herr Hauptmann, qui prépare une escarmouche contre le bureau de la Culture, convoque soudainementHerr Metzger.Herr Hauptmannveut faire profiter son camp des compétences civiles de Metzger en architecture. Prenant soin de lui imposer les pressions nécessaires, le Major confie àHerr Metzgerune mission en sa faveur. Il doit rédiger un rapport d´expert attestant de la bonne fois du commandement à vouloir protéger le monument de del Sarte.Metzger s´exécute. Il refoule les états d´âme de l´humaniste non patriote qu´il est et se répète sans cesse qu´à défaut d´être sincère, il sera efficace. Mais le rapport qu´il rédige n´a pas l´effet attendu. Quelques jours plus tard, le mémorial est détruit sous les yeux de Metzger conscient qu´il s´est faitl´architecte du désastre.Les personnages des textes suivants (parmi lesquels on retrouve Barthélemy Dussert), qu´ils évoluent de nos jours où au coeur du siècle précédent, sont tous rattachés à des héros de la guerre restés anonymes. Par un travail construit et documenté, l´auteur ressuscite, ces hommes qui sont tombés dans l´oubli malgré leur sacrifice.Composition du recueilPremière partie :Les temps enfuis Sur la place La finale du capitaine ThorpeDeuxième partie :Les temps poreux Près des fleuves de Babylone A la recherche de WilfredTroisième partie :Les temps présents Sauce chasseur Les justes0600 

  • Une fable littéraire pleine d'humour, dans laquelle Xavier Hanotte met en scène des ours particulièrement avisés0500 0300Que de remue-ménage au parc naturel des Grands-Bruns ! La tranquillité des ours est sérieusement menacée : bientôt, à la place de leur colline et de la roselière s´élèveront un complexe d´attractions, un musée et une fête foraine, pleins d´acier, de lumières et de bruit... Où Onésime, l´ours romantique, pourra-t-il désormais écrire et déclamer ses poèmes ? Rien ne pouvait le désespérer plus, d´autant que Clarinette vient de le quitter pour suivre un ours motocycliste en mal de carrière. Quant à Anatole, l´ours philosophe et Adalbert, l´ours timoré, ceux-ci sont effrayés et scandalisés par l´arrivée sur leur territoire... de vrais ours ! ces ursidés écervelés qui marchent à quatre pattes, se promènent à poils et n´ont absolument aucun sens de la civilisation. Car, au parc des Grands-Bruns, les ours ont de l´esprit, un secret bien protégé grâce au vieux gardien Charles.Pourtant, malgré l´inquiétante situation, la vie poursuit son cours ? suivant le fatalisme de Tou Fou, le panda chinois, patron du Bambou farci, lui-même farci de moralités et autres proverbes, qui régale les ours de plats au bambou et d´alcools de sa composition. Comme à leur habitude, donc, les ours profitent de leur jour de congé ? jour de fermeture du zoo ? pour s´habiller, lire, faire des mots-croisés, fumer le cigare, réparer les clôtures, jardiner... bref, imiter, à l´instar de leurs ancêtres éclairés, les humains. Et, quand ils ne se produisent pas en spectacle pour les hordes de touristes, ils s´occupent de menues missions pour l´ADIEU, l´Association pour la Défense de l´Image des Espèces Ursidées... Cette fois, il est question pour Anatole, Onésime et Adalbert de régler son compte à La Fontaine et de faire disparaître la fable qui ridiculise leurs grands-pères de la bibliothèque de V. Tous trois s´entassent alors tant bien que mal dans la Fiat du vieux Charles pour une nuit qui leur réserve bien des aventures...

  • Xavier Hanotte revient avec un roman envoûtant dont le personnage principal, l'inspecteur Barthélemy Dussert, va voir s'entremêler ses enquêtes professionnelles et sa vie privée, faisant ainsi trembler tout son univers La Belgique est au coeur de cette histoire, bien loin des clichés qui collent à son image.0500 Or voilà que, sans crier gare, le fragile équilibre de son univers menace de se rompre. En pleine réforme des polices belges, alors que la suppression de sa brigade est programmée, va-t-il conserver son emploi de flic ? Avouera-t-il enfin son amour à Katrien, sa taciturne coéquipière ? Et qui est donc ce Jacques Travers, dont lui parviennent régulièrement, par courrier, les fragments d´un texte évoquant étrangement le style d´un romancier disparu ? Les enquêtes, professionnelles et privées, se croisent. Les réponses vont tomber ; certaines seront surprenantes. Au point de défier le bon sens ?
    Le Couteau Jenufanous emmène à Bruxelles, dans le petit monde de la 22ebrigade de Police judiciaire, microcosme coloré d´une Belgique bien éloignée des habituelles caricatures. Un roman envoûtant, imprégné du réalisme magique cher à son auteur.0300 Solitaire mélancolique, mais néanmoins philosophe, l´inspecteur Barthélemy Dussert mène une carrière davantage marquée par la réflexion que l´action, au fil des enquêtes un peu hors normes dont le charge sa hiérarchie. Pour le reste, la rêverie et l´amitié occupent sa vie, ainsi que les traductions éternellement recommencées du poète Wilfred Owen.
    Or voilà que, sans crier gare, le fragile équilibre de son univers menace de se rompre. En pleine réforme des polices belges, alors que la suppression de sa brigade est programmée, va-t-il conserver son emploi de flic ? Avouera-t-il enfin qu´il aime depuis toujours Katrien, sa taciturne coéquipière, alors même que celle-ci semble avoir jeté son dévolu sur un inconnu ? Et qui est donc ce Jacques Travers, dont lui parviennent régulièrement par courrier les fragments d´un texte évoquant étrangement le style d´un certain Laurent Legris, un romancier qui a disparu sans laisser aucune trace ? Les enquêtes, professionnelles et privées, se croisent. Et les réponses vont tomber. Certaines seront surprenantes. Au point de défier le bon sens ?
    Situé dans une Belgique bien réelle, aux décors reconnaissables,Le Couteau de Jen?faest imprégné du réalisme magique cher à l´auteur et clôt provisoirement le cycle auxquels se rattachentManière noire(1995),De secrètes injustices(1998) etPassé le pont(nouvelle, dansL´Architecte du désastre, 2005).0600 

  • Il y a un pays. L'Île et le Continent. Il y a une vieille prophétie oubliée depuis longtemps. Un terrible danger qui ressemble à une légende. Et, au milieu de tout cela, Pierre Berthier, le solitaire qui, avec quelques autres, veut être un de ces « feux fragiles dans la nuit qui vient ». Mais si tout, déjà, était écrit ?0500 0300Il y a une Île et le Continent. L´une en état de siège, l´autre en plein boom économique. Une guerre qui s´éternise au large dans l´indifférence générale. Les troupiers abandonnés d´une démocratie en partance, laissés seuls face aux partisans convaincus du Rien. Dans les Hautes-Terres évacuées, des villes entières disparaissent sans que l´État central fasse mine de réagir. Mais pourquoi donc personne n´ose-t-il s´aventurer au-delà des forêts du nord ? Sur l´avenir de l´Île plane une menace aux accents étrangement prophétiques. Un sentiment de déjà-vu pousse alors l´adjudant Berthier à relire une très ancienne légende nordique,La Relève de Saint Olaf...Dans cette atmosphère de fin d´époque, le lieutenant Frédérique Jeunehomme apporte un peu de douceur, et Berthier le désabusé se laisserait presque séduire. Mais le temps n´est pas au marivaudage. Des événements tragiques frappent l´Île et rendent la confrontation inévitable. Quelle guerre mener quand l´ennemi demeure insaisissable ? Sans illusions, au risque de se perdre, Berthier et quelques autres choisissent malgré tout de croire en la justesse de leur combat et de devenir « des feux fragiles dans la nuit qui vient ».

  • À deux époques différentes, deux bus font route vers le même lieu, le domaine de Bellewaerde. En 1915, des soldats partaient au front, c'est aujourd'hui un parc d'attractions.0500 0300À Bellewaerde ( Belgique), en 1915 et de nos jours.Dans la campagne yproise, en une belle journée d´été, deux bus roulent vers le domaine de Bellewaerde.L'un vient de Poperinge et achemine vers le front ? nous sommes en 1915 ? un contingent de soldats canadiens. Parmi eux, il y a Pierre, un jeune architecte qui avait émigré au Canada pour tenter d´oublier la trahison de la femme qu´il aimait, et qui rentre au pays après une très longue absence. À Bellewaerde, avant poste des lignes de tir, faute de renforts, le front n´est guère plus qu´une ligne fantôme où des alliés en rang clairsemé tentent de riposter tant bien que mal aux assauts de l´artillerie allemande. Pourquoi Pierre, que rien n´obligeait à cet engagement volontaire, est-il revenu ? Pour exorciser le souvenir de Berthe qui n´en finit pas de le hanter ? Autour de lui, les camarades tombent, et pour lui, l´issue de ce combat ne fait guère de doutes... Mais qui sait ?L'autre bus arrive de Bruxelles et transporte une joyeuse cargaison d'employés en goguette et leurs familles. Destination : le domaine de Bellewaerde, aujourd´hui reconverti en un parc d´attractions. Participent à l´excursion Serge, un petit garçon sensible et observateur, et sa pétulante Tante Bérénice. Elle est un peu bizarre, ces derniers temps, la tante Béré... Pourquoi Pierre, son fiancé et collègue, n´est-il pas de la partie ? Qui est ce mystérieux correspondant auquel elle va téléphoner en cachette ? Mais tante Béré n´est pas la seule dont le comportement intrigue Serge : qui est cet étrange inconnu armé d´une pelle, qu´il ne cesse de croiser au cours de cette journée ? Pourquoi, s´il n´est pas un jardinier, s´obstine-t-il à retourner la terre ?Tel un défi au temps, à travers les regards croisés de l'homme blessé et livré à l´horreur de la guerre et de l'enfant curieux, va se tisser un fin réseau de correspondances et d'interrogations. Qui est l'homme à la pelle ? Et que cherche-t-il ? Que cache donc TanteBéré ? Au mépris des années enfuies, n'assisterait-on pas à quelque éternel retour ? celui de l'oubli et du désamour ?

  • Du vent

    Xavier Hanotte

    Et si la littérature était davantage que du vent ? Dans une ville portuaire, le lieutenant Bénédicte Gardier vient prendre ses nouvelles fonctions au sein d'un important dépôt stratégique. Tandis qu'elle gagne son hôtel, comment se douterait-elle des ennuis qui l'attendent ? Dans le port sicilien de Lilybée, le triumvir Lépide débarque avec ses légions. Il vient prêter main forte à son collègue Octave, dont l'ambition démesurée commence à l'inquiéter. Pourquoi ne prendrait-il pas enfin la part de pouvoir qui lui revient ? Entre ces deux débuts d'histoires, quel lien ? Leur auteur ! Le romancier Jérôme Walque s'est lancé dans une double entreprise de narration. Seulement voilà... La littérature serait-elle davantage que du vent ? Quand les récits se mettent à déborder sur la réalité et que de mystérieux personnages, éditeurs ou policiers, s'en mêlent, Jérôme commence à douter.

empty