Elfriede Jelinek

  • Dans une paisible villégiature styrienne, à la pension Rose des Alpes, trois morts reviennent tourmenter les vivants : Edgar Gstranz, à peine vingt ans, ancien skieur professionnel de l'équipe olympique autrichienne mort plusieurs années auparavant dans un accident de voiture après une soirée bien arrosée, Gudrun Bichler, jeune thésarde citadine et dépressive suicidée dans sa baignoire, et Karin Frenzel, veuve racornie entièrement assujettie à sa mère, ce personnage tyrannique et borné. Au coeur d'un paysage idyllique (versants enneigés, vastes panoramas, auberges accueillantes et serveuses tourbillonantes en dirndl), les trois morts-vivants, dans un perpétuel memento mori, porte-voix de tous les humiliés, toutes les victimes innocentes de l'Autriche, se réincarnent pour tuer, violer, torturer, écharner les les vivants. Dans cette gigantesque farce macabre, longue dérive hallucinée qui emprunte aussi bien au pamphlet qu'au policier, à l'allégorie baroque qu'au roman de divertissement, ce grand roman pandémonium où les morts tendent un miroir à des vivants fantomatiques, Jelinek poursuit et achève son voyage au bout de la nuit autrichienne.
    Traduit de l'allemand (Autriche) par Olivier Le Lay.
    Elfried Jelinek a été récompensée par le prix Nobel de littérature en 2004 pour l'ensemble de son oeuvre.

  • Avidité

    Elfriede Jelinek

    Une jeune fille est retrouvée noyée dans un lac autrichien, ficelée dans une bâche. Du travail en perspective pour les gendarmes... Elle en fréquentait justement un dont la seule passion est la propriété, celle des femmes mûres vivant seules qu'il arrête sur les routes et séduit dans l'espoir de se voir léguer tous leurs biens.
    Satire d'un monde encore primitif, ce faux roman policier ne traite pas simplement de la guerre des sexes, même s'il s'y livre des assauts impétueux et fortement sado-masochistes. Avec un cynisme frisant la misanthropie et une virtuosité verbale savamment calculée, l'auteur de La Pianiste nous parle de ce rapport d'amour-haine qu'elle entretient avec son "pays de cannibales" dont le conservatisme et l'hypocrisie ne le cèdent en rien à une effroyable cupidité.
    Traduit de l'allemand par Claire de Oliveira
    Elfried Jelinek a été récompensée par le prix Nobel de littérature en 2004 pour l'ensemble de son oeuvre.

  • Acerbe et radical, le " je " d'Elfriede Jelinek emboîte le pas au Winterreise de Schubert, traverse la folie du monde d'aujourd'hui jusqu'aux abîmes de sa propre vie. Ce virulent monologue, plus intime et plus politique que jamais, découpé dans de grands et puissants blocs de texte et lancé à la face du monde contemporain, s'écrase sur scène telles nos propres ruines : scandales politico-financiers, perversité de l'opinion publique, sexualité médiatisée par Internet, culte du sport et de la jeunesse. Sur fond de paysage délabré resurgissent l'enfance ruinée de l'auteure, l'amour-haine d'une mère dominatrice et la démence du père. Porté par une langue qui bataille contre elle-même, le cycle s'achève sur une réflexion d'une grave lucidité quant à son propre rôle d'auteure : " Nous ne voulons pas vous écouter, vous, avec vos éternelles vieilles rengaines. Votre assiette est pleine, ça devrait vous suffire. " Saurons-nous faire taire notre monde pour entendre ce texte ?
    Elfriede Jelinek, née en 1946 à Mürzzuschlag, en Styrie, a grandi à Vienne, où, dès 13 ans, elle a étudié l'art dramatique, l'histoire de l'art, et la musique au Conservatoire. Elle partage aujourd'hui son temps entre Vienne et Munich. Son œuvre – théâtre et romans –, qui compte entre autres La Pianiste (adaptée au cinéma par Michael Haneke), a été couronnée par le prix Heinrich-Böll (1986), le prix Büchner (1998), le prix Heine (2002), et le prix Nobel de littérature (2004).
    Traduit de l'allemand (Autriche) par Sophie Andrée Herr
    Elfried Jelinek a été récompensée par le prix Nobel de littérature en 2004 pour l'ensemble de son oeuvre.

  • Erika Kohut teaches piano at the Vienna Conservatory by day. By night she trawls the city's porn shows while her mother, whom she loves and hates in equal measure, waits up for her. Into this emotional pressure-cooker bounds music student and ladies' man Walter Klemmer.
    With Walter as her student, Erika spirals out of control, consumed by the ecstasy of self-destruction. A haunting tale of morbid voyeurism and masochism, The Piano Teacher, first published in 1983, is Elfreide Jelinek's Masterpiece.
    Jelinek was awarded the Nobel Prize For Literature in 2004 for her 'musical flow of voices and counter-voices in novels and plays that, with extraordinary linguistic zeal, reveal the absurdity of society's clichés and their subjugating power.
    The Piano Teacher was adapted into an internationally successful film by Michael Haneke, which won three major prizes at Cannes, including the Grand Prize and Best Actress for Isabelle Huppert.

  • Anglais Greed

    Elfriede Jelinek

    Kurt Janisch is an ambitious, but frustrated country policeman. Things are not going right in his life - at least not fast enough. But a country policeman gets talking to a lot of people in the line of duty - particularly women. Lonely, middle-aged women, women with a bit of property perhaps... Matters go from bad to worse: for Kurt Janisch, for the women who fall for him. Someone sees too much, knows too much. Soon there's a body in a lake and a murderer to be caught.
    A thriller set amid the mountains and small towns of southern Austria, Greed is Elfriede Jelinek's most accessible novel since The Piano Teacher. But as always Jelinek gives the reader a lot more to think about: the ecological costs of affluence, the inescapable burden and inadequacy of our everyday words, the exploitative nature of relations between men and women, the impossibility of life without relationships. A meditative reflection on ageing, Greed is another chapter in Jelinek?s chronicling of her love/hate relationship with Austria.

  • Greed is the story of Kurt Janisch, an ambitious but frustrated country policeman, and the lonely women he seduces. It is a thriller set amid the mountains and small towns of southern Austria, where the investigation of a dead girl’s body in a lake leads to the discovery of more than a single crime. In
    her signature style, Jelinek chronicles the exploitative nature of relations between men and women, and the cruelties of everyday life.

empty