Xavier Deutsch

  • En 2087, au bord de l'hiver, à l'approche de Noël. Dans les Asturies.
    Un Français du Nord, Emile Poil, un type aussi vieux que le siècle, est payé pour convoyer un gamin, Antonin, vers un hameau de montagne. Et quoi ?
    Tout est réel ici, tout est doux. Le monde est apaisé. C'est le mot : apaisé. Il n'y a plus d'avions, plus d'internet, plus de tensions, plus de bruit. On parle autrement, on parle peu. On mange à la main, on se vêt de ce qu'on possède longtemps. Il y a des arbres qui produisent de l'électricité. Un vieil homme et un petit garçon qui marchent dans la montagne. Ça va très bien. Il neige.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    /> Avec ce roman, Xavier Deutsch propose un récit troublant, aiguisé, serein, qui redonne vie à l'avenir et repousse les figures imposées du catastrophisme.

  • - 50%

    Gens de Cogne

    Xavier Deutsch


    Gens de Cogne, c'est l'histoire d'un village de montagne, dans les Alpes italiennes en 1958.

    Des tourments surgissent, des tempêtes hivernales comme on n'en a plus vu depuis des décennies... L'ambiance est sombre et dominée par les vents violents tant dans la nature rude que dans les coeurs des hommes et des femmes. Le lieutenant des carabiniers, Challant, doit faire face à des événements brutaux : un petit garçon agressé par un homme inconnu, un carabinier de la brigade égorgé en allant inspecter une étrange brèche percée dans la muraille qui ceint le village, un éboulis qui coupe la route d'accès aux bourgades voisines, des soldats britanniques en manoeuvre dans le secteur, et des tempêtes noires qui continuent de frapper...
    Xavier Deutsch est né à Louvain le 9 février 1965. Il est docteur en philosophie et lettres de l'Université catholique de Louvain. Il exerce le métier de romancier. Il a obtenu le prix Rossel en 2002 pour son roman La belle étoile, paru au Castor astral.Depuis janvier 1989, Xavier Deutsch a publié une trentaine de romans, pour adultes et pour adolescents, des dizaines de nouvelles, des pièces de théâtre, des chroniques dans la presse, des contributions de toutes natures. Parmi ces textes, Au coin de la rue des Amours et La Dyle noire sont parus aux Éditions Luc Pire.

  • La rue du Poirier de la Perdrix est un récit d'une grande légèreté.
    Des hommes ont quitté Machebelle et Fompierre en vue de gagner Bourg-sous-l'Ointe. Sept militaires et dix civils. On franchit un pays de collines verdâtres, une rivière sur son pont, des terres de bocages et de vergers. La route est longue, elle devrait occuper dix jours. Pour quoi faire ? Tout va bien.
    Le soir, un coup de feu craque. Il neige.
    Xavier Deutsch est né à Louvain (en Belgique) le 9 février 1965.
    Il est romancier.
    Tout va bien.

  • Afghanistan, 4h07 : une mère quitte son lit et nourrit son tout petit enfant.
    Afrique du Sud, 4h13 : un homme se demande si c'est l'aube ou si c'est un feu, cette lumière au loin. Il boit un coup d'eau et reprend sa pelle.
    Albanie, 4h19 : dans un hôpital...
    Zimbabwe, 0h07 : douze bûcherons autour d'un feu de bois sec. L'un d'entre eux se nomme Joseph.
    Toutes les six minutes, en chaque pays de la Terre, il se passe quelque chose.
    Un enfant, une femme, un vieillard...
    Sept ou huit lignes.
    Un tour du monde.

  • - 50%

    Les soeurs Bertrude, Pernille et Joséphine-Camille-Lotte-Charlotte sont trois gamines extraordinairement insupportables et insupportablement coquines. Ces trois pestes de compétition sont chargées d'apporter un courrier très important au roi en contrepartie d'une glace (trois boules), de douze crayons de couleur, et d'une grenouille empaillée pour chacune. Arriveront-elles au bout de leur voyage parsemé d'embûches, de trésors, d'hommes bleus et de lutins en tout genre ?
    Un roman déjanté et drôle aux effluves de marmelade à l'abricot pour les jeunes de 8 à 12 ans et leurs parents.

  • Ilette et Bellom

    Xavier Deutsch

    Ilette et Bellom est un récit d'une grande légèreté.
    Il a fallu qu'un jour ce type monte à Sironne, venant du Piémont sûrement, comme un soleil, par les collines.
    Et c'est comme un soleil qu'il s'est comporté.
    Faute d'en savoir davantage, on l'a nommé Bellom et, pendant tout un an, non loin de la main d'Ilette, il a fait la lumière et l'ombre, le pain, le feu, la bergerie, la fontaine.
    Tout s'est passé comme ça. Le reste, ça nous a regardés.
    Xavier Deutsch est né à Louvain (en Belgique) le 9 février 1965.
    Il est romancier.
    Tout va bien.

  • Eté 1944. Alors que les Alliés traversent l'Europe pour la libérer de l'Occupation allemande, un cadavre est découvert dans une petite maison du bord de la Dyle, quai du Trompette, à Wavre. Un cadavre, alors que la fin de la guerre approche ? Quoi de plus banal ?



    Un policier pressent cependant que cette mort ne doit rien aux circonstances historiques et qu'on se trouve en présence d'un meurtre crapuleux. En dépit de ce que lui recommande son chef et sans craindre les balles qui sifflent de toutes parts dans la dernière confrontation entre les libérateurs britanniques et les soldats allemands, il cherche à résoudre cette étrange affaire.


  • - 50%

    Cela faisait un moment que, considérant autour de moi le monde comme il tourne, je ressentais un embarras.
    Je me demandais d'où cela venait et, partant du principe que, si j'éprouve une démangeaison quelque part, je ne suis peut-être pas tout à fait le seul dans le cas, j'y ai regardé de plus près.
    Il en est résulté ce texte. Un essai, un pamphlet, un état des lieux, un regard sans tabou sur cette époque étrange.
    De Copernic au féminisme, du gps à l'art contemporain, de la tyrannie de l'émotionnel au pouce opposable, tout y passe. Et moi, je me sens mieux.
    Donc voilà.

  • Tout va mal. C'est dur : Caracal est perdue. Elle ne sait plus où est le camp des guides, et son foulard est trempé. Elle engueule le ciel. Il est 21 h 12, la prairie est vide. Sous les tentes, presque toutes les filles dorment. Mouette, la chef, cherche Caracal dans la nuit. Dorcas lit Crime et Châtiment de Dostoïevski pendant douze minutes, Poney discute avec Malamute.
    La plus jeune, qui s'appelle Bénédicte et qui n'a pas encore de totem, écrit une lettre. Elle a peur. Elle écrit : « Ici, il y a quelque chose de cassé. » On ne retrouve toujours pas Caracal.
    Et puis, au bout de trois jours on la retrouve.
    Mais sa disparition reste obscure. Dans le camp des guides, il se passe des choses bizarres : des choses normales, comme dormir dans la paille, faire des kilomètres, ne pas avoir peur des chiens ni des guêpes, et des choses difficiles à faire.
    Mais Bénédicte veut comprendre ce qui s'est passé avec Caracal.

  • Chaussee de moscou

    Xavier Deutsch

    • Weyrich
    • 15 Octobre 2014

    Secrets et mystères au coeur des Ardennes françaises.
    Département des Ardennes, au bord de la France. Le bourg de Baison. Deux pâtures plus loin, une forêt : la frontière belge est à portée de fusil. L'hiver s'achève. Le maire, Basile Rouillon, a les mains dans les poches. Il administre des citoyens turbulents et ordinaires avec bonhomie.
    La nuit, une femme se balade nue dans les rues, des fugitifs traversent le pays et cherchent l'abri de la frontière. Au matin, une délégation moldave est attendue au musée d'Art moderne. La vie semble rouler devant elle, comme il faut. Pourtant, le fond de l'air effraie...
    « Quelqu'un sait quelque chose que nous ne savons pas. »
    Basile Rouillon sort les mains de ses poches. Il va faire de son mieux.
    Un thriller régional qui saura vous tenir en haleine !
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE 
    - "Un univers [...] étriqué mais terriblement prenant et à moult reprises déstabilisant" (DH.be, le 02/10/2014)
    A PROPOS DE L'AUTEUR
    Né en 1965 à Louvain, Xavier Deutsch a écrit et publié à ce jour une quarantaine de romans. Docteur en philosophie et lettres, il a rédigé des textes pour divers journaux belges. Ses pérégrinations en Belgique en compagnie de la photographe Marina Cox en 1999 lui valent une publication hebdomadaire dans La Libre et a écrit une chronique hebdomadaire dans Le Soir, de 2005 à 2007. Outre son talent d'écrivain, Xavier Deutsch nourrit une grande passion pour la photographie.
    EXTRAIT 
    Jean-Claude est l'amant de ma soeur. Je l'aime bien. Il porte la moustache et ça me rassure. C'est toujours périlleux de s'appuyer sur des vérités générales : Hitler et Staline portaient la moustache, mais Georges Brassens aussi. Ça ne veut rien dire. Les vérités générales, ici, on s'assied dessus. On serait même du genre à leur inventer le plus grand nombre d'exceptions possible pour le plaisir de les contrarier. On ne fait pas aller les choses dans le sens commun. On ne se fie qu'à soi-même et qu'à son propre jugement. J'aime bien Jean-Claude et sa moustache. Il sent le jambon, l'humus et le feu de sapin. Il sent aussi la sueur un peu rance, il ne se lave pas chaque jour, ça m'est égal. À quoi ça sert ? D'ailleurs il existe des femmes que ça réchauffe, qui viennent se frotter à ce type d'odeur, ça les rend folles, ça les fait sortir de leur trou. C'est le son de l'homme qui sent comme ça, la grande chanson du labeur et du pain quotidien. On est des Gaulois et, si on a inventé le savon à coups de cendre et de résine, c'est pour s'en servir avec respect, avec modération. On ne gaspille pas.

  • - 50%

    Jeanne et Robin forment un couple bien assorti. La trentaine.
    Bruxellois. Ils s'aiment. Et qui a dit que l'érotisme avait déserté les existences conjugales ? Un soir, Jeanne et Robin imaginent un jeu, une combinaison qui les réunira, leur fera connaître d'étranges et excitants tumultes : six papiers dans une boîte en fer-blanc. Six fantasmes qu'ils éplucheront, sans la moindre censure.
    Gare à qui soulève le couvercle ! Un roman érotique à lire à deux, et plus si affinités.

  • Deux histoires, une seule voix, à deux siècles de distance. La première est celle d'un garçon de dix-sept ans qui met ses Reebok pour aller courir, avale des gâteaux au chocolat pour éviter de réviser sa physique, pense à Florence qui lui envoie des lettres, a des problèmes sérieux avec son budget, sa mobylette, le cinéma, les ruses à utiliser pour échapper à ses parents. Bref, une vie ordinaire. Seulement voilà, les apparences peuvent être trompeuses. Huit lettres apparaissent à la fin de l'histoire et elle bascule. La seconde histoire raconte avec suspense les aventures de François de Maisonneuve, qui part aux Amériques. Il y a un trésor dans l'air, des cartes en os de baleine, des cabarets enfumés, de sales bonshommes et la révolution américaine qui approche. 1989 ou 1770 : avec une passion d'assoiffé, Xavier Deutsch invente des personnages qui ont en commun de penser que toujours le plus beau reste à faire.

  • - 40%

    Tito, dix-sept ans, a commis un acte irréparable : alors qu'il voulait protéger un enfant pris à partie par un groupe de petits voyous, il a tué par accident l'un de ces gamins. Sa soeur le pousse alors à fuir La Louvière.
    Vingt ans plus tard, après avoir connu toutes les fatigues possibles sur les routes africaines, il revient au pays. Mais quelle vie l'attend? Dès le premier soir, dans un café de la place Maugrétout, une dizaine de fêtards s'amusent au terme d'un match de football victorieux. Une jeune fille du groupe, Blondie, d'une beauté fascinante, tombe assommée au milieu du vacarme, vaincue par la fatigue et par la bière. Ses camarades l'abandonnent à son infortune. Tito se retrouve seul face à la belle endormie. Il la prend en charge, l'emmène dans une petite maison de la rue des Amours. Deux jours durant, Tito prend soin d'une Blondie mal en point. Entre la jeune bimbo des cités et l'homme revenu de tout se joue bientôt une intrigue étrange. Les hasards et les aléas les conduisent sur deux chemins qui, au coin de la rue des Amours, finiront par se rejoindre.

  • À l'ombre du mur, dans le cimetière de Charleroi, repose Ferdinand, l'oncle de Stéphanie.
    Mais quatre jeunes hommes ont décidé de répandre un parfum de poison sur ce sommeil : ils ont violé la sépulture de l'once Ferdinand. Dans la famille de Stéphanie, chacun fait face comme il peut. Le père ressort de vieux papiers, des textes écrits par son frère, Ten Kobalt, une pièce de théâtre que Stéphanie devrait jouer au lycée. Laurent, le frère, shoote plus fort dans son ballon de foot pour battre l'équipe de Liège. La mère est attentive et inquiète. Elle crie très fort pour se défouler dans les gradins du stade. Et Stéphanie monte sur scène. Elle jouera Marie-Madeleine dans Barabbas de Ghelderode. Barrabas, c'est Rodrigue. Il la réchauffe quand elle a froid et il ne pose pas de questions. Comme son oncle qui photographiait les nuages, Stéphanie scrute le ciel à la recherche de sa vérité.
    Elle glisse dans la ville endormie pour réveiller les secrets de Ferdinand. Rodrigue l'accompagne et la réconforte. Il s'approche d'elle en lui racontant de belles histoires.
    Mais il se pourrait qu'une autre histoire, plus terrible, les sépare.


  • Un roman lumineux au charme " rhomérien " par un des auteurs belges les plus estimés et reconnus dans son pays.

    Paul, le narrateur, est architecte, Achille un jeune rentier et Zoé une étudiante en lettres qui aime poser nue pour des artistes. Ils se sont connus tous les trois au lycée. Ils se sont parfois perdus mais toujours retrouvés, surtout autour d'une folle passion pour le XVIIIe siècle, ses jeux libertins auxquels ils vont jouer eux-mêmes, souvent de façon dangereuse. Alors que Zoé tombe entre les griffes d'un séduisant et cultivé magistrat érotomane, manipulateur et pervers, Paul succombe, lors d'un inoubliable bal masqué, aux charmes de la perfide Sigrid de Brune-Lanach. Mais heureusement, Achille veille... Grâce à l'amitié indéfectible qui soude le trio, l'imbroglio trouvera une issue tout à fait inattendue.
    Xavier Deutsch nous emporte avec beaucoup de talent dans un festival de faux-semblants, de chassés croisés amoureux avec mensonges et trahisons à la clé. L'exercice de style est tenu, l'intrigue se tisse et se dénoue avec un art certain du marivaudage. L'écriture est volontairement très ciselée mais les situations imprégnées d'une forte charge sensuelle viennent comme des contrepoints apporter beaucoup de modernité à ce texte d'une belle efficacité romanesque.

empty