• Essai sur le goût

    Montesquieu

    Au sortir de la seconde guerre mondiale, en 1945, Eugénie Droz fondait les Textes Littéraires Français, une collection dévolue à l'édition critique des textes significatifs du patrimoine littéraire de langue française du moyen âge au XXe siècle. Accessibles, dans un petit format maniable, chaque édition est accompagnée d'une introduction, de notes, d'un glossaire, si nécessaire, et d'index. Cet appareil critique exigeant accueille l'érudition des meilleurs spécialistes pour éclairer la genèse des oeuvres et, quelle que soit leur époque, livrer au lecteur contemporain les explications les plus minutieuses sur le contexte historique, culturel et linguistique qui les a vues naître. Depuis soixante-dix ans, la collection a accueilli, outre quelques édicules, plus de 600 monuments littéraires français.

  • Au sortir de la seconde guerre mondiale, en 1945, Eugénie Droz fondait les Textes Littéraires Français, une collection dévolue à l'édition critique des textes significatifs du patrimoine littéraire de langue française du moyen âge au XXe siècle. Accessibles, dans un petit format maniable, chaque édition est accompagnée d'une introduction, de notes, d'un glossaire, si nécessaire, et d'index. Cet appareil critique exigeant accueille l'érudition des meilleurs spécialistes pour éclairer la genèse des oeuvres et, quelle que soit leur époque, livrer au lecteur contemporain les explications les plus minutieuses sur le contexte historique, culturel et linguistique qui les a vues naître. Depuis soixante-dix ans, la collection a accueilli, outre quelques édicules, plus de 600 monuments littéraires français.

  • « La meilleure façon de mettre en lumière les limites des doctrines dominantes, c'est de connaître la tradition canonique et le contexte historique qui les ont vu naître. » Suivant ce précepte, Liberté et propriété retrace l'histoire sociale de la pensée politique de la modernité. Sondant les grands moments politiques de cette période (la cité-État de la Renaissance, la Réforme, les empires espagnols et néerlandais, l'absolutisme français et la Révolution anglaise), Ellen Meiksins Wood pense ensemble la naissance de l'État moderne et la formation du capitalisme.

    Cet ouvrage fait suite à Des citoyens aux seigneurs, qui couvrait la ­période allant de l'Antiquité à la fin du Moyen Âge. La grande thèse qui sous-tend cette imposante recherche peut être résumée ainsi : la pensée politique est intrinsèquement liée à l'évolution historique de la relation conflictuelle entre État et propriété privée, et c'est dans cette tension que les sociétés modernes ont accouché d'idées riches et équivoques encore vivantes de nos jours : les droits de la personne, la liberté, l'égalité et la propriété

  • La géopolitique

    Pascal Boniface

    • Lizzie
    • 13 Août 2020

    50 chapitres thématiques et documentés pour comprendre les enjeux géopolitiques du monde contemporain.La géopolitique, en tant qu'étude des relations internationales, rend compte du phénomène de la mondialisation tout en analysant ses mécanismes.
    Pédagogique, ce guide commence par définir la géopolitique.
    Pratique, il propose ensuite 50 chapitres thématiques et documentés pour dresser un panorama des conflits, des problématiques et des tendances du monde actuel. Il constitue une synthèse d'introduction et de référence sur le sujet.
    Table des matières :Partie 1 Qu'est-ce que la géopolitique ?

    Chapitre 1 Les définitions classiques
    Chapitre 2 Un déterminisme géographique ?
    Chapitre 3 La naissance d'une discipline
    Chapitre 4 Une discipline diabolisée puis réhabilitéePartie 2 Les 10 défis géopolitiques

    Chapitre 1 La gouvernance mondiale
    Chapitre 2 Le terrorisme
    Chapitre 3 La prolifération nucléaire
    Chapitre 4 La permanence de la guerre
    Chapitre 5 Le réchauffement climatique
    Chapitre 6 Le choc des civilisations
    Chapitre 7 Les États faillis
    Chapitre 8 Les guerres de l'espace
    Chapitre 9 Les cyberguerres
    Chapitre 10 Les migrationsPartie 3 Les principaux conflits et crises

    Chapitre 1 Chine/États-Unis : le piège de Thucydide ?
    Chapitre 2 Ukraine - Russie
    Chapitre 3 L'État islamique
    Chapitre 4 Israël - Palestine
    Chapitre 5 L'Iran
    Chapitre 6 La Syrie
    Chapitre 7 Le Yémen
    Chapitre 8 La Libye
    Chapitre 9 L'Afghanistan
    Chapitre 10 L'Inde et le Pakistan
    Chapitre 11 La Chine et Taïwan
    Chapitre 12 Tensions en mer de Chine
    Chapitre 13 Le Tibet et le Xinjiang
    Chapitre 14 La Corée
    Chapitre 15 Le Mali et le Sahel
    Chapitre 16 Le SoudanPartie 4 Les 10 tendances structurelles

    Chapitre 1 La fin de l'hyperpuissance américaine
    Chapitre 2 La fin du monopole occidental de la puissance
    Chapitre 3 Les États-Unis basculent vers le Pacifique
    Chapitre 4 La prolifération étatique
    Chapitre 5 La Chine, prochaine première puissance mondiale
    Chapitre 6 La montée en puissance de l'opinion publique
    Chapitre 7 Le soft power
    Chapitre 8 La redéfinition de la puissance
    Chapitre 9 La justice internationale
    Chapitre 10 La démocratie progressePartie 5 Les 10 questionnements

    Chapitre 1 La fin des frontières
    Chapitre 2 La mondialisation universelle
    Chapitre 3 L'impuissance de la puissance militaire
    Chapitre 4 Les NTIC : transparence démocratique ou nouveau totalitarisme ?
    Chapitre 5 L'obsolescence des États
    Chapitre 6 La privatisation de la guerre
    Chapitre 7 Les matières premières
    Chapitre 8 Les compétitions sportives mondialisées
    Chapitre 9 L'Europe est-elle en déclin ?
    Chapitre 10 La crise du multilatéralisme

  • Cet ouvrage vise à élaborer ce qui n'existe pas encore, à savoir une histoire comparée des philosophies. L'activité philosophique apparaît alors dans la singularité des pratiques nationales et est replacée dans une conjoncture donnée. La seconde préoccupation de l'auteur est de présenter une histoire polémique des historicités observables de Vico à aujourd'hui. Dans ces pages il n'existe donc que des philosophies comme il n'existe que des historicités.

  • « C'est de la bonté des lois criminelles que dépend principalement la liberté des citoyens. » Par sa critique des interdictions exorbitantes, des châtiments disproportionnés, des accusations invérifiables et des jugements arbitraires, Montesquieu nous apprend que le conflit entre individu et autorité n'est jamais plus dramatique et plus aigu que sur le terrain de la pénalité. Le pouvoir de punir est certes indispensable à la protection de nos droits, mais en les protégeant des violations qui les menacent, il menace lui aussi de les violer. Quelles limites assigner aux prohibitions légitimes ? Dans quel but et comment punir les transgresseurs ? Comment s'assurer de la violation des normes juridiques et de la responsabilité personnelle d'une action criminelle ? Envisagé dans la perspective de la philosophie du droit, L'Esprit des lois révèle sa puissante dimension normative et ouvre l'horizon du « garantisme pénal ».

  • « Le Neveu de Rameau, ou la supériorité du « fou » sur le « philosophe » ? Et si c'était le contraire ? Les Liaisons dangereuses, un éloge masqué du libertinage ? Voire... La révolte au sérail à la fin des Lettres persanes, une dénonciation déjà féministe du despotisme oriental ? Rien n'est moins sûr. La Plume et l'idée rassemble des études sur Voltaire, Montesquieu, Diderot, le libertinage - certaines récentes, d'autres plus anciennes -, qui sont autant de témoignages de « l'intelligence des Lumières » et de démonstrations par l'exemple de ce que lire veut dire. Synthèses de haute volée, explications de texte inspirées, fragments d'une autobiographie intellectuelle : La Plume et l'idée est la meilleure introduction possible à l'oeuvre d'un des très grands spécialistes du XVIIIe siècle. »

  • Magic est de ces livres étonnants, bouleversant tout ce que nous croyions savoir sur un sujet. À partir d'une interrogation sur l'apparition du concept de « lien social » chez Rousseau ou Durkheim, Laurent de Sutter propose une surprenante remise en cause du consensus régnant autour de l'idée de lien. Plutôt que de poursuivre l'investigation du côté de la sociologie, il suggère, pour comprendre ce qui nous lie, de regarder du côté d'un droit qui aurait retrouvé ce qui lui a toujours été consubstantiel et que l'on a pourtant tenté de refouler, à savoir sa magie.
    Que se passerait-il si, en effet, le droit était la dernière manifestation de la magie dans un monde qui croyait pouvoir s'en passer ? Telle est la question au coeur de ce bref essai érudit, spectaculaire et fascinant, passant avec une grâce provocante de Montesquieu à Giordano Bruno, des juristes romains à Gabriel Tarde, de Marcel Mauss aux inspirateurs du Code civil, de Giorgio Agamben à Quentin Meillassoux.

  • Plutôt que d'envisager la démocratie comme un idéal inexorablement trahi ou défiguré par l'Histoire, l'auteur tente de la cerner comme une construction animée par des tensions et des déplacements de sens qui touchent ses concepts essentiels, tensions qui s'articulent à partir de deux moments essentiels : le libéralisme, à travers les pensées de Montesquieu, Adam Smith, Stuart Mill et le moment machiavélien au travers des analyses de Rousseau et de Tocqueville.


  • L'essentiel des grands textes qu'il faut lire pour comprendre le mouvement des Lumières.

    Nous savons tous ce que nous devons aux Lumières : une certaine idée de la tolérance, de la liberté, du progrès... Mais avons-nous lu les textes qui sont à la source du grand soleil de la raison ? Comment s'y retrouver dans un siècle d'une richesse à donner le tournis ? Romans, contes, récits de voyages, correspondance, poésie, épigrammes... tant d'hommes et de femmes, dans tous les genres, toutes les disciplines, ont allumé le feu ! Certains sont universellement célèbres, comme Voltaire ou Diderot, d'autres sont moins illustres mais tout aussi fondateurs, comme Marivaux ou Buffon, Mme du Châtelet ou Bougainville, d'autres encore sont oubliés, et pourtant essentiels, comme le curé Meslier ou Mme de Lambert.
    En 208 pages, voici l'essentiel de ce qu'il faut en avoir lu.

  • Trois gascons pour chérir la liberté Nouv.

    Au moment où les technologies créent des addictions, la pandémie limite la mobilité, le réchauffement climatique inquiète, la raison régresse au profit de multiples croyances, la question de la liberté devient essentielle. En particulier parce que le néolibéralisme touche à sa fin et qu'il faut construire l'avenir.
    Trois Gascons, ayant vécu à des époques différentes, ont mis en avant l'importance de l'autonomie, de la liberté individuelle, du respect dû à chacun. Montaigne au niveau de chaque personne, Montesquieu au titre du citoyen et Frédéric Bastiat en ce qui concerne le consommateur.
    Les rapprocher paraît utile puisque chacun de nous est Individu, citoyen et consommateur. De plus à l'heure où l'on va fêter les 300 ans des Lettres Persanes de Montesquieu, il est utile de se demander : comment peut-on être libéral ?

  • Le « Périple d'Hannon » est un court récit décrivant l'exploration qu'aurait faite Hannon, navigateur carthaginois, le long des côtes nord-ouest de l'Afrique à une date assez mal définie se situant entre le Ve et le IIIe siècle av. JC.
    On trouvera dans ce recueil, le texte du périple et les commentaraires de Montesquieu, Bougainville et Stéphane Gsell s'y rapportant.

  • ATTENTION ÉVÉNEMENT : Découvrez en exclusivité numérique la toute nouvelle collection CHRONIQUE D'UN JOUR !

    Plus qu'une éphéméride, retrouvez la Chronique d'un jour sur toute l'histoire de l'humanité.
    Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur votre jour de naissance ou sur une date clef qui a marqué l'Histoire.
    Des ouvrages précis et élaborés par les meilleurs auteurs des Éditions Chronique, réputées pour leur sérieux depuis plus de 30 ans.

    Une collection à prix découverte unique pour apprendre sans se ruiner.

  • Aucun génie, aussi célèbre soit-il, ne fut exempt des citriques de son temps.
    Publié en 1750, « Défense de l'esprit des lois » a été écrit par Montesquieu en vu de répondre aux attaques idéologiques menées contre son ouvrage de référence « L'esprit de loi ».

    Principaux Chapitres : Objections diverses suivi des Des conseils de religion, De la polygamie, Climat, Tolérance, Célibat, Mariage etc.

    Format professionnel électronique © Ink Book édition.

  • « On sait l'importance de la Chine dans l'histoire intellectuelle de la France des XVIIe et XVIIIe siècles : elle a nourri les débats sur la chronologie universelle, la tolérance religieuse, les fins d'un bon gouvernement, l'ordre économique nouveau qui tentait de s'imposer. Tout en évitant d'intervenir dans le combat enragé qui oppose sinophiles et sinophobes, Montesquieu écoute, se documente, trie, tente d'élaborer une position personnelle face à ces présentations de la Chine que lui proposent la littérature missionnaire et les récits de voyages. » Jacques Pereira
    La méthode visant à recueillir la pensée critique de Montesquieu sur la Chine, consiste à extraire de son ouvrage principal « De l'Esprit des Lois », tous les passages que nous renvoient les mots-clés suivants : « Chine, Chinois, Tartarie, Tartare, Formose ». Le résultat est alors quasi similaire à celui de « China and the West », établi par l'Université de Zurich.
    Format professionnel électronique © Ink Book édition

  • Second volet des principales études du spécialiste bien connu. A côté de la mythologie de Lucrèce et du statut des dieux païens chez Boccace, Erasme occupe la place centrale, en relation avec Platon, la notion de Moyen âge, les Annotationes de Valla, la peinture, le diable, le monachisme. La langue de Bovelles et Sozzini comme source du "pari" de Pascal complètent cet ensemble de qualité.

  • Sampiero

    K. Petroni

    La Corse connaît depuis toujours un combat entre deux forces et conceptions de la nation. Celles françaises et celles nationalistes. Sampiero fait partie des nationalistes. Depuis toujours, il pense que la France profite de son rôle de pays émérite et tente de s'imposer de cette manière. En organisant une révolte, il s'imagine qu'il fera flancher l'État. Il ne s'attendait pas à ce que la réalité le rattrape...

  • « Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence » est l'oeuvre de jeunesse de Montesquieu, qui annonce déjà son Esprit des Lois, et influencera énormément Gibbon pour son oeuvre maîtresse. Voltaire lui reproche trop de concision. Mais est-ce la faute de Montesquieu s'il est capable de maîtriser un tel sujet en quelques chapitres et quelques formules ? Véritable organisation militaire, les Romains surent, plus que tout empire conquérant, diviser pour régner, exploiter et intégrer les peuples conquis. Mais leur chute est la rançon de leur succès. Ce furent leurs institutions qui leur permirent de dominer l'univers ou presque. La décadence de leurs institutions, qui n'intéressaient plus une société hédoniste et égoïste, annonce leur chute de quelques siècles. Tout a été dit sur la grandeur et la décadence des Romains. Le petit livre de Montesquieu est une lecture essentielle pour tout homme moderne.

  • Redécouvrir Montesquieu, en son temps et dans le temps long de l'histoire : les oeuvres clés du siècle des Lumières, Lettres persanes, L'Esprit des lois, Considérations sur les Romains, prennent tout leur sens si l'on prend en compte à la fois leur dimension littéraire, politique, philosophique, historique, juridique. Des temps forts de l'histoire, comme la découverte des Indes par Alexandre, le voyage africain d'Hannon ou l'invasion de l'Europe par les Huns, la prise de pouvoir par Auguste et le long règne de Justinien, révèlent la puissance de l'esprit humain et la faiblesse des sociétés soumises au pouvoir d'un seul. L'histoire, ancienne ou récente, devient le champ d'action privilégié de la pensée politique, tout en révélant la place infime de l'individu à l'échelle des siècles et des nations. À travers ce monde sans héros, régi par des causes générales et profondes, apparaissent les qualités maîtresses d'un écrivain philosophe : la liberté de l'esprit et l'acuité du regard, révélées par la succession des lectures, parfois contradictoires, qui en ont été données.

  • À sa mort, Victor Delbos au milieu de la Grande Guerre, il laissait une rédaction complète de dix-sept leçons d'un cours consacré à la philosophie française qu'il souhaitait voit publier au plus tôt. Ce fut sa façon de faire oeuvre de patriotisme. Maurice Blondel, philosophe et ami de l'auteur se chargera de la publication de l'ouvrage qui voit le jour en 1919 chez Plon-Nourrit. Livre qui compte 14 chapitres consacrés aux grands noms de la philosophie française, de Descartes à Saint-Simon et Auguste Comte, sans oublier Voltaire, Montesquieu, Rousseau, Maine de Biran et bien d'autres. Victor Delbos, selon ses propres mots, y compte « renouer notre tradition philosophique de façon plus étroite et rentrer dans la pensée française pour montrer qu' « elle a en elle assez de ressources pour se développer et se renouveler avec ses caractères propres [...] sans se laisser conduire. » Texte clair et limpide, d'une grande pédagogie et acuité La philosophie française était absente des librairies depuis près d'un siècle. Après Descartes et Pascal, les éditions Manucius reprennent dans leur deuxième livraison de la réédition complète de l'ouvrage, les chapitres consacrés Voltaire, Montesquieu, Diderot et Rousseau.

  • Témoignage de l'oeuvre d'une vie, ce volume réunit vingt-sept articles écrits en quarante ans. Avec pour fil d'Ariane l'élucidation de ce qui fonde l'identité de la « nation France » : le sentiment national et la conscience historique.Myriam Yardeni démontre que les croyances et les représentations sont des forces agissantes, aussi puissantes que l'économie ou les rapports sociaux. Elle soutient que l'individu assume son identité par son appartenance à un groupe ou à une communauté : village, ville, patrie, royaume, religion, Église, langue, culture...Individus, groupes et communautés entretiennent souvent des relations conflictuelles : dans chaque crise, notamment au temps des guerres de religion (1562-1598), l'individu doit forger sa propre hiérarchie de valeurs, de fidélités, de loyautés et d'appartenance.Cette identité au travail se construit par la médiation d'une mémoire souvent mythifiée qui joue un rôle moteur dans la prise de conscience historique. Les études ici réunies ont précisément pour point commun d'élucider la fonction assumée par la connaissance historique dans la formation et la cristallisation des identités et des consciences, qu'il s'agisse de conscience de la nation, de la conscience de la religion, de conscience sociale, de la conscience de soi...

empty